Espace Mouv’Art : Exposition 2018
Auxerre fait son Angoulême : Sean O'Brien du 23 Janvier au 2 Février Dans le cadre de "Auxerre fait son Angoulême", nous somme heureux d'accueillir notre nouvel invité, le dessinateur Sean OBrien qui peuplera l'espace Mouvart de ses moutons et d'autres multiples créations L'artiste recevra le public le 1 février. Il terminera son exposition par un dévernissage le 2 vers 18H  pour regagner la maison de quartier des piedalloues où il est attendu pour les 24 heures / 24 planches le samedi 3
"Cabinet de curiosité" des enfants du CE2 de l'école Courbet du 25 au 30 mai, de 14h à 18h
"Oeuvres papier" du 8 a de 23 mai (prolongation exceptionnel au 23 mai), tous les jours sauf lundi, de 14h30 à 18h30 Exposition collective d'artistes utilisant le papier comme support Autant d'artistes autant de styles, une grande diversité de travaux sera donc présentée pour le plaisir des visiteurs
"Noir d'ébène", Brigitte Fuchs et son invité Christine Lemaire du 24 avril au 6 mai de 14h à 19h du mardi au dimanche
Isabelle Canus du 10 au 22 avril de 15h à 18h30
Josette Morane-Simpson 27 Mars au 8 Avril, du mardi au dimanche de 15h à 18h30 Josette Morane-Simpson expose du 27 Mars au 8 Avril prochain, son travail d'une année patiemment accumulé : Des huiles sur modèles vivants aux Natures mortes composées dans l'atelier , le travail du peintre s'articule autour de la lumière et de formes très structurées . Variations sur les objets du quotidien, intitulées  "Nouvelle Saison" . La plus grande toile présentée ,90 x 120 cm, a été sélectionnée pour le salon " Comparaisons"  au Grand Palais en Février dernier .
"Nouveaux Artistes" du 27 février au 11 mars, tous les jours sauf le lundi  de 15h à 18h30 Mouv'Art invite 5 nouveaux artistes :    Marleen Melens, Marie Thérèse Patus et Philippe Lafond, peintres, Hélène Perret et Serge Sautereau, photographes
Stéphanie Bodin du 4 au 10 juin, du mardi au vendredi de 15h30 à 19h, samedi dimanche de 13 à 19h "Je vais présenter dans cette expo des sculptures et des dioramas dont le fil directeur est d'explorer la frontière entre l'humain et 'lanimal, le  civilisé  et le  sauvage .  Les sculptures associent la laine feutrée modelée à l'aiguille avec d'autres éléments tels que des cornes d'animal, un visage en faïence ou buste de cire... Les  dioramas  miniatures enfermés dans des cadres à verre bombé sont réalisés à partir de différents matériaux : le papier, des éléments végétaux (lichen) ou d'origine animale (ailes de papillons, insectes) etc J'essaye de faire émerger de ces créations un sentiment d'inquiétante étrangeté"
«Substence», Eric Schenker du 19 juin au 1er juillet, tous les jours de 10h à 19h
Chapelet-&-Chapelet du 3 au 15 juillet, du lundi au dimanche, de 15h à 18h30 Tel père, tel fils dit-on. On dit plus rarement telle mère, telle fille… De toutes façons, c’est assez souvent faux. Une sorte de lieu commun pour flatter l’un ou l’autre, l’une ou l’autre. Pour ce “Chapelet-&-Chapelet”, quand Marie, la fille, a réussi à convaincre Thérèse, la mère, d’exposer avec elle, on s’est demandé qui introduisait qui dans le monde des accrochages et des vernissages. Certes, Marie, toute petite, avant même de marcher, se balladait à 4 pattes sur les découpages divers de papier qui tombaient de la table de travail de Thérèse, la graphiste. Mais une trentaine d’années plus tard, quand Marie commençait à montrer aux gens des usines du Sénonais, ébahis, les photos qu’elle avait prises des machines au repos, Thérèse se remettait à peindre et à découper. Aujourd’hui, Marie en est à sa période “le corps nu découpé et juxtaposé”. Thérèse continue de coller sans renoncer à la nudité. Quelle famille !
 « PIETA »  Ismail YILDIRIM, Peintures et sculptures du 17 au 29 juillet, tous les jours sauf lundi, de 14h30 à 19 h Alors que le Moyen Orient est déchiré par les conflits et les guerres depuis 25 ans, le thème de La Pietà s’est imposé dans l’oeuvre peinte et sculptée de l’artiste Ismail Yildirim. Après les printemps saccagés, face à la résistance de ceux qui sont restés debout dans les guerres, Ismail peint désormais la main qui recueille le chagrin et la peine, celle qui symbolise le repos, l’aspiration à la paix. Il ne s’agit pas dans ses toiles de l’image chrétienne de la descente de la croix, ni des hommages aux victimes de nos monuments aux morts. Mais il s’agit bien là aussi, profondément et sereinement, de douleur et d’humanité.